Comment doit-on servir le saké au Japon ?

Publié le : 21 avril 20224 mins de lecture

Le saké se décline en une variété de saveur et de degrés. Il peut être consommé chaud, à température ambiante ou froid. Le saké étant si important dans la civilisation japonaise, il n’est pas surprenant que sa dégustation et sa fabrication soient régies par de nombreuses traditions. De ce fait, même s’il est commode de boire du saké, commander le bon alcool peut être décourageant pour les débutants.

Comment est servi le saké ?

En réalité, cette boisson est servie fraîche, chaude ou à chaleur ambiante. Certaines variétés comme le ginjo sont mieux servis froids, alors que le junmai est meilleur à température ambiante. Pour chaque type de saké, il y a une température idéale qui lui permet de développer sa saveur unique, sans parler de l’importance des préférences personnelles. Un service à saké se constitue d’une carafe et d’une petite tasse en céramique ou en terre cuite quelquefois disposée à l’intérieur d’un masu. Traditionnellement, l’alcool est versé dans un verre de masune jusqu’à ce qu’il déborde. Le masu était l’instrument le plus couramment employé pour boire du saké. Il est de taille standard avec 180 ml.

Les différents types de saké

Il y a de nombreuses sortes de saké, en général classées en fonction de la qualité du polissage du riz. Effectivement, la couche externe du riz n’est pas adaptée au brassage, ainsi, le riz est raffiné avant d’entrer dans la réalisation de cet alcool. Les producteurs de saké tirent le meilleur parti de l’amidon, qui peut facilement se transformer en sucre et en alcool. Le ginjo est élaboré à partir de 60 % de riz poli. Le junmai est un type de saké sans additifs, il ne comporte donc que de l’eau, du riz, de la levure et du koji, un moisi riche en enzymes exploité pour faire fermenter le saké. Bien que beaucoup de polissage signifie généralement une qualité supérieure, et par conséquent un prix plus élevé, cela ne signifie pas nécessairement que le saké est meilleur. D’autres types de saké sont le namazake et le nigorizake. En dernier, vous pouvez trouver le shiboritate qui est un saké provenant de la brasserie sans passer par l’étape de maturation.

Les règles de dégustation

Les principes de dégustation du saké lors d’occasions formelles sont très stricts. La chose la plus importante est de ne jamais vous resservir vous-même et de vous assurer que toutes les tasses sur la table sont pleines. Quand vous servez un supérieur, portez le tokkuri avec votre main droite et mettez votre main gauche en bas. Si votre maître vous sert, disposez une main sous votre tasse et l’autre sur le côté. Il a le droit d’utiliser une seule main lorsqu’il est servi ou quand il sert. Après cette étape, prenez au moins une gorgée avant de mettre de côté la tasse.

Plan du site